Le Blog Dédier au Nouvelle Technologies

[og_img]

La pandémie de COVID-19 a conduit à des résultats différents pour différentes entreprises. Alors que certains en ont profité (pensez à Zoom, Facebook et démarrage de bidet Tushy), d’autres ont été durement touchés et employés licenciés afin de survivre. Mais il y en a qui se situent quelque part au milieu. Selon la PDG Oliver Cameron, la start-up de conduite autonome Voyage estime qu’elle n’en bénéficie pas explicitement, mais elle ne risque pas non plus de tomber en panne.

La réponse de Cameron à la pandémie s’articule autour de trois domaines: l’exploitation des passagers, la technologie et la création d’entreprise. Bien que les opérations se soient arrêtées, Voyage va de l’avant avec sa technologie et a fait évoluer l’entreprise vers un environnement de travail à distance à 100%. Avec un monde post-pandémique à l’esprit, Cameron envisage une demande accrue de véhicules autonomes.

Avant que COVID-19 ne soit déclaré pandémie, Voyage avait déjà suspendu ses opérations de consommation, qui desservent principalement les personnes âgées dans les communautés de retraite.

«Nous l’avons fait parce que, de toute évidence, les personnes âgées sont touchées de manière disproportionnée par cela et il serait horrible pour Voyage d’être patient zéro dans la communauté des retraités et c’est quelque chose que nous fonctionnions avec une abondance de prudence», explique Cameron. « Nous avons donc suspendu nos opérations très tôt du point de vue du service à la clientèle et nous ne les ouvrirons pas avant un certain temps. Il est difficile de dire à quel moment particulier, car il semble que le consensus soit que ce sera une ouverture progressive de l’économie, ce qui signifie que certaines populations seront bien pour retourner au travail et il y en aura qui seront considérablement impactées, comme les seniors, qui sont effectivement verrouillés pendant une longue période de temps. Nous ne sommes donc pas pressés de remettre cela en marche avant d’avoir entendu la communauté elle-même que c’est OK de le faire. « 

Malgré le hiatus des opérations, Voyage exécute toujours des simulations et utilise une variété d’outils de test automatisés pour déterminer s’il progresse. Par exemple, Voyage utilise l’automatisation pour tester les régressions de perception. Un défi dans la perception est les faux positifs et les faux négatifs – c’est-à-dire, voir quelque chose qui n’est pas là ou ne pas voir quelque chose qui est là, explique Cameron.

«Et nous avons cet outil plutôt cool qui nous permet de surveiller à chaque version de perception si nous constatons des régressions basées sur les performances de perception dans le passé», dit-il. « Nous n’avons pas besoin d’être là dans le monde réel pour voir cela. Nous pouvons simplement dire instantanément si c’est le cas. »

Voyage a également un moyen de tester différentes permutations d’environnements pour voir comment son logiciel de planification et de prédiction peut gérer différents scénarios. Ensuite, bien sûr, il utilise des outils de simulation plus traditionnels fournis par Intuition appliquée.

« Mais nous ne nous leurrons pas en pensant que la simulation ou les tests automatisés compensent tous les tests du monde réel apportés à la table », a déclaré Cameron. « Ce n’est pas le cas, et il va certainement y avoir du temps que nous devrons passer une fois que nous reprendrons la route, en résolvant des problèmes que nous ne pouvions tout simplement pas trouver en raison de notre absence. »

Du point de vue de l’entreprise et du personnel, Voyage est également passé à une entreprise de télétravail. Cela n’a pas été une distraction, selon Cameron, depuis que Voyage a adopté le travail à distance il y a quelque temps.

« Nous avons de la chance de pouvoir résister à la tempête », a déclaré Cameron. « Nous avons une bonne quantité d’argent à la banque et, heureusement, nous avons levé à une heure raisonnable – à la fin de l’année dernière – donc nous allons bien. »

De nombreuses entreprises de l’écosystème technologique ont été obligées de licencier des employés en raison de la pandémie de COVID-19. Le voyage, cependant, ne sera apparemment pas l’un d’eux. Comme l’a noté Cameron, Voyage a amassé 31 millions de dollars en septembre.

« Il y a eu beaucoup de discussions sur les grandes entreprises qui résisteront à cela et les entreprises qui allaient mourir de toute façon mourront. Je suis sûr qu’il y a du vrai là-dedans, mais en partie c’est juste de la chance. En partie, vous avez élevé à un moment que vous ne saviez pas important, mais qui s’est avéré très important. Et, vous savez, notre brûlure a toujours été faible par rapport aux autres dans l’espace. Pour nous, nous avons toujours été frugaux, et il s’avère que c’est assez important dans une pandémie. »

Malgré le fait que Voyage utilise la simulation, ses tests automatisés et un compte bancaire sain, la pandémie est toujours une complication majeure.

«Je pense que cela doit faire reculer tout le monde», déclare Cameron. «Je pense qu’il y a un spectre et il y a des entreprises qui devraient en bénéficier. Nous avons vu avec Zoom qu’ils en bénéficieraient. Outils de travail à distance, ils en bénéficieront. Et puis vous allez dans l’autre sens jusqu’à la fin du spectre – ceux qui sont activement impactés comme les compagnies aériennes, le covoiturage, les scooters et je pense que nous sommes quelque part au milieu. La raison pour laquelle nous sommes au milieu est parce que dans un monde post-virus, je suis presque sûr que les comportements changent. C’est à déterminer sur la durée de ces comportements, mais il est clair que les comportements vont changer. « 

Dans ce monde où les comportements changent, Cameron parie que les voitures sans conducteur ajouteront plus de valeur que les services de transport traditionnel. Dans un monde où les gens hésitent encore à monter dans une voiture avec des étrangers, une voiture sans conducteur atténuerait ces craintes, dit-il.

« À court terme, tout le monde est touché », dit-il. «Il y a un ralentissement dans tout. À moyen et long terme, tout ira bien, car je pense que la demande est toujours là pour les véhicules sans conducteur et encore plus pour ceux qui sont affectés de manière disproportionnée. »



[ad_2]

Source link

0Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *