Le Blog Dédier au Nouvelle Technologies

En rachetant l’éditeur bostonien Alfresco, dont les solutions de gestion des contenus d’entreprise sont notamment utilisées par de grandes administrations et collectivités locales en France, l’Américain Hyland étend son déploiement mondial et touche d’autres secteurs d’activités.

Alfresco, l’une des figures connues de la gestion de contenus open source, vient d’être racheté par l’un de ses concurrents américains, Hyland, fournisseur depuis 1991 de la plateforme OnBase qui centralise les contenus d’entreprise dans un référentiel sécurisé. Le rachat devrait être finalisé au 4ème trimestre. La stratégie d’Hyland est d’étendre sa plateforme de façon organique et par le biais d’acquisitions, indique Bill Priemer, président et CEO de la société, dans un communiqué. Celle d’Alfresco lui permettra de compléter son implantation au niveau mondial. De son côté, Jay Bhatt, président et CEO d’Alfresco, souligne « l’expérience géographique et industrielle » apportée par la société bostonienne, ainsi que la communauté open source qui l’accompagne qu’il décrit comme une « source d’innovation produit ».

Alfresco a été créé en 2005 par John Newton, qui fut auparavant l’un des co-fondateurs de Documentum. L’éditeur, présent en France pratiquement depuis ses débuts, développe avec sa Digital Business Platform des services de gestion de contenu natifs cloud. Il propose aussi un PaaS, Alfresco Cloud. Ses solutions de dématérialisation des documents comptent de nombreux clients dans les administrations et collectivités locales parmi lesquels la Communauté d’Agglomération de Montpellier, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, l’Autorité des marchés financiers, le Conseil général de Loire-Atlantique ou la Ville de Marseille. De son côté, la plateforme OnBase de Hyland est également utilisée dans l’Hexagone où elle a par exemple été installée par le loueur de matériel professionnel Loxam.

Les sièges sociaux de Hyland et Alfresco sont respectivement basés à Westlake, dans l’Ohio, et à Wellesley, près de Boston. Le fonds Thoma Bravo est actionnaire majoritaire du premier depuis 2007, tandis que le second a été racheté en 2018 par la firme d’investissement Thomas H. Lee.

source:lemondeinformatique.fr

0Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *