Le Blog Dédier au Nouvelle Technologies

Apple Watch

Pour les propriétaires de modèles d’iPhone les plus récents d’Apple, FaceID fait ce qu’il dit sur l’étain, vous permettant d’utiliser votre visage pour déverrouiller votre combiné avec le minimum de tracas. Et puis le coronavirus est arrivé.

Maintenant, avec tant de personnes portant des masques à l’extérieur ou au travail, déverrouiller le téléphone avec votre visage signifie retirer votre masque. Ce n’est pas seulement gênant augmente le risque de toucher votre visage – quelque chose que nous avons été avertis de ne pas faire car il est connu pour être un point d’entrée pour le virus. Alternativement, vous pouvez attendre que votre appareil renonce à essayer de faire une identification positive, auquel cas il vous demandera votre mot de passe à la place.

Eh bien, enfin, Apple est en train de faciliter le déverrouillage de votre téléphone si vous portez un masque.

Repérés dans la dernière version bêta d’iOS 13, les propriétaires d’iPhone X, XS et 11 modèles, qui utilisent la technologie de reconnaissance faciale, peuvent immédiatement glisser vers le haut depuis le bas de l’écran pour afficher l’option de mot de passe. Aucun masque ne tripote et ne traîne tout en jurant tranquillement sous la couverture de votre choix. Glissez simplement vers le haut et vous êtes à un code secret d’accéder à votre combiné.

C’est une solution rapide et facile, et si simple que beaucoup se demanderont pourquoi Apple ne l’a pas inclus depuis le début, après tout, dans certains pays, les masques faciaux ont toujours été un phénomène courant pendant, par exemple, la saison du rhume des foins.

La nouvelle fonctionnalité est en cours de test dans iOS 13.5 – publiée aux développeurs le mercredi 29 avril – et devrait bientôt être déployée à tout le monde via une mise à jour, mettant fin à ce qui est devenu un processus frustrant pour d’innombrables propriétaires d’iPhone.

La version bêta comprend également les API (interfaces de programmation d’application) nécessaires pour inclure la technologie de suivi dans les applications iPhone à venir, orientées vers le suivi des contacts dans le cadre des efforts pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Le traçage des contacts peut aider à contenir la propagation du virus car il peut être transmis à proximité des individus infectés.

Les données collectées via les applications de suivi des contacts pour iOS et Android seront partagées avec les autorités de santé publique locales, ce qui leur permettra d’identifier plus facilement avec qui une personne infectée a été en contact. Les individus identifiés seront ensuite contactés et invités à s’auto-isoler à la maison en attendant de voir s’ils développent des symptômes de coronavirus.

Le système opt-in est en cours de préparation en partenariat avec Google et utilisera la technologie Bluetooth «avec la confidentialité et la sécurité des utilisateurs au cœur de la conception», a déclaré Apple.

source:https://www.digitaltrends.com

0Shares

L’Institut Robert-Koch, établissement allemand responsable du contrôle et de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, lance une application de suivi de l’épidémie du coronavirus en Allemagne. C’est sur la base du volontariat, et ça fonctionne sur la plupart des bracelets et montres connectées.

En France, en Italie ou encore aux Etats-Unis, on projette de lancer des applications pour smartphone pour suivre l’épidémie de coronavirus. Comme à Singapour, l’idée est de permettre de suivre, de manière anonyme, les personnes infectées, guéries, mais aussi d’alerter les personnes ayant été en contact avec des personnes contaminées afin de les isoler. De nombreux scientifiques et médecins estiment que c’est un élément clé pendant et après le confinement, et l’Allemagne a lancé mardi sa propre application pour iOS et Android.

Disponible sur le Play Store et l’App Store, Corona-Datenspende est validée par l’autorité de santé publique allemande et lancée par l’institut Robert Koch qui contrôle et coordonne les actions gouvernementales contre le coronavirus. L’objectif est d’aider à surveiller la propagation du COVID-19 et analyser si les mesures visant à contenir la nouvelle pandémie de coronavirus fonctionnent. Pour cela, cette application s’appuie sur les données des montres et bracelets connectés, en récupérant les données comme la fréquence cardiaque, la température corporelle et le sommeil.

La fréquence cardiaque comme indicateur numéro 1

C’est en se basant sur l’efficacité d’une étude effectuée aux Etats-Unis pendant une épidémie de grippe sur 100 000 utilisateurs que l’idée d’une application pour smartphone a pris forme. La prise en compte de données essentielles comme le pouls au repos permet de détecter une éventuelle infection. Si la fréquence cardiaque au repos est plus élevée que d’habitude, une fièvre peut être suspectée, et c’est justement l’un des symptômes de COVID-19. La toux accélère aussi le rythme cardiaque, et c’est visible dans les données enregistrées par les bracelets connectés. Sans oublier la température corporelle que certains modèles prennent en compte.

Victime de son succès, l’application a connu quelques ratés à son lancement, mais elle a déjà été téléchargée 50 000 fois depuis mardi, et c’est prometteur puisque l’objectif initial est d’avoir un échantillon de 100 000 utilisateurs, soit 10% des possesseurs de montres connectés en Allemagne. « Si l’échantillon est suffisamment grand pour capturer suffisamment de patients symptomatiques, cela nous aiderait à tirer des conclusions sur la propagation des infections et sur l’efficacité des mesures de confinement » explique ainsi Lothar Wieler, le président de l’institut Robert Koch Institute.

Pas d’anonymat mais du « pseudonymat »

La compatibilité de l’application n’est pas universelle, mais les montres et bracelets des marques Fitbit, Garmin, Polar et Withings sont supportées. La plupart des appareils connectés via Google Fit et Apple Health sont acceptées aussi, et il est important de souligner qu’il est évidemment important de conserver sa montre pendant la nuit. Il faut donc un modèle avec une autonomie conséquente, et ce n’est pas forcément le cas d’une Apple Watch souvent rechargée pendant la nuit.

A propos de l’anonymat des données, l’éditeur préfère parler de « pseudonymat » car l’utilisateur saisit un nom d’utilisateur au moment de l’installation de l’application, puis il saisit des données comme l’âge, le poids, la taille, et son code postal. Rien qui ne puisse permettre de l’identifier précisément, mais les données personnelles collectées restent liées à un appareil et un utilisateur.

0Shares

Grâce à une faille pouvant conduire à la fissuration de l’écran, Apple a lancé un programme de remplacement pour les écrans d’Apple Watch cassé. 

Pour avoir un écran tout neuf, il faudra vous adresser à Apple ou à des fournisseurs officiels qui seront autorisés à remplacer les écrans.

Une fissure peut se former « dans de rares circonstances »

Vous être propriétaire d’une Apple Watch série 2 ou série 3 ? Sachez que vous êtes parmi les plus susceptibles d’observer une fissure le long du bord arrondi de votre montre. C’est en tout cas ce qu’indique Apple, précisant que « la fissure peut commencer d’un côté et continuer sous l’écran ».

Le modèle d’origine, ainsi que les séries 1 et 4, ne sont pas concernés par cette offre de remplacement. Seuls les modèles des séries 2 et 3 achetés jusqu’en Septembre 2019 sont éligibles.

Cela laisse ainsi penser qu’Apple a réussi à régler le problème dans son processus de fabrication ou que le constructeur va, prochainement, stopper la production de la série 3, la production de la série 2 ayant déjà été arrêtée.

Dans tous les cas, si vous avez besoin d’un échange d’écran : il vous faut simplement vous rendre dans un Apple Store ou dans la boutique d’un fournisseur agréé. Il est également possible de contacter le service Support Apple pour organiser la réparation en envoyant votre produit par colis.

Source : The Verge

1Shares
Like Us On Facebook
Facebook Pagelike Widget
BEST VOIP SOLUTION