Le Blog Dédier au Nouvelle Technologies

Sport


Les infrastructures retenues pour les compétitions sportives prévues au Cameroun en 2020 et en 2021 seront provisoirement fermées au public.
C’est la substance du communiqué rendu public par le ministre des sports et de l’éducation physique et sportive le Pr Narcisse Moellè Kombi,
Les infrastructures sportives retenues pour le CHAN (championnat d’Afrique des Nations) en 2020et la CAN (coupe d’Afrique des nations) prévue en 2021 seront provisoirement fermées au public entre la période allant du 1er au 30 aout 2019.
Tout en comptant sur la bonne compréhension du public amoureux du sport, le Minseps invite les acteurs sportifs à bien vouloir rendre leur agenda d’activités.
Lebledparle.com vous propose l’intégralité du communiqué du Pr Narcisse Moellè Kombi.
0Shares
Autrefois surnommé Brésil d’Afrique, le Cameroun était le principal pourvoyeur des plus grands clubs Européens. Mais au fil des années le Pays de Samuel Eto’o a perdu son statut au profit des autres sélections comme la sélection sénégalaise ou ivoirienne.
La CAN 2019 a déjà livré son verdict avec le sacre de l’Algérie au dépend du Sénégal (1-0). Et pour la première fois de son histoire, la CAN s’est déroulée pendant la période du mercato estival. Comme après chaque compétition internationale, les joueurs sont sollicités par des clubs. Mais seulement, les Lions Indomptables du Cameroun semblent peu sollicités par les grands d’Europe ces dernières années.
Pendant des décennies les footballeurs camerounais faisaient les beaux jours des plus grands clubs d’Europe. Après l’arrêt ‘’Bosman’’ l’Europe a enregistré l’arrivée de plusieurs footballeurs africains d’où la percée des footballeurs Camerounais comme Geremi Sorele Fotso Njitap qui était un joueur polyvalent évoluant aux postes de stoppeur, d’arrière droit, de milieu droit, de milieu défensif et de milieu relayeur. Très apprécié dans le monde du football, Geremi s’engage avec le grand Real Madrid de Raúl, Steve McManaman et Fernando Redondo à la fin des années 1990. Il remporte deux Ligues des champions de l’UEFA avec le club madrilène. Après la Coupe du monde 2002, Geremi s’exile outre-Manche et réussit une excellente saison à Middlesbrough où il dispute 34 matchs et inscrit 7 buts notamment sur coups francs : ce qui lui vaut d’être acheté près de 12 millions de livres par Chelsea. Malgré son faible temps de jeu, Geremi conserve toute la confiance de Mourinho, et ne déçoit jamais lorsque l’on fait appel à lui. Il est en quelque sorte un des « jokers de luxe » des blues avec entre autres Robben et Wright-Phillips. Patrick Mboma qui fut le meilleur buteur de Parme remportant au passage le Ballon d’Or Africain en 2000. Pendant cette période, Lauren Etamé Mayerson coéquipier en équipe nationale faisait les beaux jours du côté de Londres notamment à Arsenal, club avec lequel il remporte deux Premier Leagues, trois FA Cups et deux Community Shields.
Sur les traces de ses ainés, le légendaire Samuel Eto’o jouera pour plusieurs grands d’Europe, notamment le Réal Madrid, FC Barcelone, Inter Milan, Chelsea et Everton. Avec ses clubs, l’enfant de New-Bell gagnera tous les trophées. Ensuite nous avons Alexandre Song qui était la plaque tournante de l’équipe de Wenger durant 4 saisons avant de rejoindre le FC Barcelone en aout 2012.
Après cette glorieuse période des Lions indomptables, le Cameroun ne sera représenté par aucun joueur dans un grand club européen jusqu’à la saison 2014-2015 avec la signature de Vincent Aboubakar au FC Porto.
Rappelons qu’en 2017 le Cameroun a été champion d’Afrique avec des joueurs évoluant principalement dans des championnats dits ‘’seconde zone’’. Malgré cette performance des Lions Indomptables à la CAN 2017, aucun joueur n’a intéressé un grand club. Même Christian Bassogog qui a été élu meilleur joueur du tournoi n’avait pas été sollicité par un grand club et fini par signer en Chine. Y’aurait-il un problème de management ?
Pourtant ces dernières années les footballeurs africains ont vu leur côte augmenter considérablement. En 2016 l’international ivoirien Eric Bailly avait rejoint Manchester United pour un montant de 38 millions d’euros tandis que le sénégalais Sadio Mané rejoignait Liverpool pour 41,2 millions d’euros. En 2017 le pharaon Mohamed Salah lui avait rejoint Liverpool pour 42 millions d’euros et le guinéen Naby Keita avait coûté 51,9 millions d’euros à Liverpool. Et en janvier 2018 le gabonais Pierre-Emerick Aubameyang en provenance du Borussia Dortmund à Arsenal pour 63 millions d’euros, ce qui faisait de lui à l’époque le joueur africain le plus cher de l’histoire.
Après la CAN 2019, plusieurs joueurs africains sont sollicités par des grands clubs. Nous avons les ivoiriens Nicolas Pepe et Wilfried Zaha sollicités respectivement par Arsenal et Everton pour 80 millions d’Euros pour le Lillois et 61 millions d’Euro pour Zaha. L’international sénégalais Idrissa Gana Gueye qui était la pièce maitresse d’Everton pendant plusieurs saisons a signé au PSG pour 30 millions d’Euros où il endossera le rôle de sentinelle.
Pendant ce temps où en sont les footballeurs Camerounais ? Le milieu de terrain camerounais  Arnaud Djoum quitte officiellement Le club de Hearts of Midlothian et s’engage avec le club saoudien Al-Raed pour 2 saisons. La plaque tournante des Lions Indomptables Franck Zambo-Anguissa a quant à lui rallié la Liga en rejoignant Villaréal pour un prêt avec option d’achat. A Villaréal il a retrouvé son coéquipier en équipe national Karl Toko Ekambi, meilleur buteur des sous-marins jaunes la saison dernière. Le défenseur Michael Ngadeu Ngadjui s’est engagé avec La Gantoise où il s’est déjà illustré en marquant son premier but avec sa nouvelle équipe qui a été tenue en échec sur la pelouse de Sporting Charleroi (1-1).
Les footballeurs camerounais évoluant dans de grands clubs sont ceux qui ont pris leur retraite internationale à l’instar de Joël Matip sacré champion d’Europe avec Liverpool et Nicolas Nkoulou du côté de la serie A avec Torino.
Le seul Camerounais qui semble faire l’unanimité chez les quadors européen c’est André Onana qui fait partie des meilleurs gardiens du monde actuellement. D’ailleurs il est sollicité par le PSG qui souhaite faire de lui le gardien n°1 du club.
0Shares
Michaela Abam s’envole vers une nouvelle destination. L’attaquante des Lionnes indomptables a déposée ses valises en Espagne et va évoluer désormais pour le Betis Seville.
Après une saison difficile du côté du Paris FC en France, la jeune attaquante poursuit sa carrière du côté de l’Espagne. M/ichaela Abam a signé un contrat d’un an et une autre année en option.
La joueuse de 22 ans va au devant d’un nouveau challenge, après celui de Sky Blu, Paris FC.
0Shares


Le Cameroun a sonné la révolte en RDC. Pour la 4e étape, un Lion s’est imposé, il s’agit d’Arthuce Tella. La 7 ème édition Tour Cycliste international de la RDC 2019 reserve beaucoup de surprise.  Le camerounais de Snh vélo club Tella Arthuce vainqueur de la 4 ème étape entre Likasi et Lubumbashi ( 120 km ) le 07 août 2019. Suivi par son coéquipier Kamzong Abossolo Clovis ( 2 ème ) et qui devient nouveau maillot jaune .

0Shares
Les Lionnes indomptables des moins de 20 ans poursuivent leurs préparations pour les jeux Africains 2019. Ces Lionnes se sont largement imposés cet après midi au stade de Ngoa Ekelle, face à l’équipe de 3e division l’As Racinepro.
C’est le score fleuve de 4 buts à 0 qui a sanctionné cette rencontre qui a été dominé de bout en bout par les Lionnes juniors. L’inarrêtable Flora Kameni a ouvert le score à la 3e minute d’une frappe enroulé lobant de ce fait le gardien de but adverse (1-0). Ensuite, après une phase offensive savamment mené par Collette Ndzana, la jeune Aboudi Engolo dans la surface de réparation a aussi trouvé le chemin des buts grâce à une frappe surpuissante (2-0).
En seconde période, Marie Gisèle Ngah Manga a porté le score à 3 buts à 0 d’une frappe enroulée pieds droit logée au second poteau. Pour clore en beauté, la societaire d’Eclair de Sa’a Lydie Wabeua a inscrit le but du 4-0.
Clairement, l’équipe de Racinepro n’a pas pu s’opposer à la fougue des fauves qui les ont dévoré tout cru. Ce n’est qu’une continuité pour le groupe qui enchaine de ce fait, leur 3e match sanctionné par une large victoire, comme les précédents.
Les résultats:
  • Lionnes (10-0) Mercure de Bafia
  • Lionnes (4-0) Académie One to one
  • Lionnes (4-0) AS Racinepro

Les jeux Africains auront lieu du 19 au 31Aôut 2019 au Maroc.
0Shares
Le mercato en ligue 1 s’achève le 02 septembre prochain, le magazine français l’Equipe a dévoilé le top 10 des transferts les plus chers de l’Histoire de l’OM. Si Payet avec 29,3 millions d’euros est le joueur le plus cher de Marseille, le camerounais Stéphane Mbia fait partie de ce top 10. L’ancien capitaine des lions indomptables est classé 10e. Mbia a été acheté à Rennes pour 12 millions d’euros.
Voici le top 10
1-Dimitri Payet (29,3 millions d’euros)Un an et demi après son départ de Marseille pour West Ham, Dimitri Payet fait son retour sur la Canebière. Pour faire revenir le Réunionnais, l’OM débourse un peu moins de 30 millions d’euros. Le record absolu pour le club.
2-Kevin Strootman (25 millions d’euros)Fin août 2018, pour recruter Strootman, chouchou de Rudi Garcia, l’OM consent un effort financier en déboursant 25 millions d’euros, plus trois de bonus. Son salaire est estimé à 4,5 millions d’euros net par an.
3- Lucho Gonzalez (19 millions d’euros)Il restera l’un des chouchous du Vélodrome. En 2009, Lucho Gonzalez arrive de Porto pour 19 millions d’euros. Il sera notamment sacré champion de France avec l’OM en 2010.
4- Duje Caleta-Car (19 millions d’euros)Le jeune (22 ans) et athlétique Duje Caleta-Car arrive à l’OM après la Coupe du monde. L’OM paye 19 millions d’euros au Red Bull Salzbourg pour acheter le vice-champion du monde croate.
5- André-Pierre Gignac (16 millions d’euros)En 2010, après trois saisons à Toulouse, Gignac rejoint l’OM pour 16 millions d’euros. Après des débuts compliqués, il repart de Marseille en 2015 en ayant conquis le Vélodrome.
6- Loïc Rémy (15,5 millions d’euros) Gignac n’est pas le seul attaquant recruté en 2010. L’OM fait aussi venir Rémy de Nice pour 15,5 M€. Le joueur, formé à Lyon, aura moins de réussite que Gignac et quittera le club en 2013, sans s’être vraiment imposé.
7- Kostas Mitroglou (15 millions d’euros)Le 31 août 2017, l’OM annonce l’arrivée de Mitroglou depuis Benfica. Montant de la transaction : 15 millions d’euros. De l’argent pas franchement bien dépensé pour un joueur qui ne s’est jamais adapté. En janvier dernier, il a été prêté au Galatasaray.
8- Dario Benedetto (14 millions d’euros)Toujours à la recherche d’un attaquant efficace, l’OM jette son dévolu sur l’Argentin Dario Benedetto. Après plusieurs semaines de tractation, le joueur quitte Boca Juniors contre un chèque de 14 millions d’euros.
9- Hatem Ben Arfa (12 millions d’euros)En 2008, Hatem Ben Arfa arrive de Lyon, précédé d’une réputation flatteuse. Marseille paye 12 millions d’euros pour s’attacher les services du jeune prodige français, qui ne s’imposera finalement pas à l’OM, où il passe trois saisons.
10- Stéphane Mbia (12 millions d’euros)En 2009, Mbia quitte Rennes pour l’OM, pour 12 millions d’euros.
0Shares


Le match opposant le Sénégal à la Tunisie (1-0) en demi-finale de la CAN 2019 s’est déroulé dans une atmosphère particulièrement tendue.

La rencontre a démarré dans les vestiaire entre deux journalistes des deux pays en raison du refus de l’attaquant tunisien Taha Yassine Khenissi de s’exprimer en français lors de la conférence de presse de veille de match.
Comme il fallait s’y attendre, de nouvelles tensions ont resurgi en tribune de presse durant le match.
Le média français L’Équipe rapporte qu’une vive altercation a éclaté entre les journalistes des deux pays après le penalty sifflé en faveur de la Tunisie (75 ) et que celle-ci a duré pratiquement jusqu’au second penalty, sifflé en faveur du Sénégal (81 ).

À la suite de ces incidents, la plupart des journalistes tunisiens ont plié bagages. Et au vu de la fin houleuse de la rencontre avec un penalty refusé aux Aigles de Carthage dans les dernières minutes après intervention de la VAR, l’on donnerait raison à ceux-ci.

0Shares
Après l’élimination des Lions indomptables du Cameroun en huitièmes de finale de cette Coupe d’Afrique des Nations Total Egypte 2019, Idriss Carlos Kameni se tourne désormais vers la promotion du tournoi inter paroisse pour oublier l’échec.
Dans une interview accordée au quotidien Le jour en kiosque le 15 juillet 2019, le gardien de but camerounais Idriss Carlos Kameni pense qu’il faudrait tirer des leçons de la récente disqualification de son pays afin de pouvoir se relever.
« On a tout donné et malheureusement, on n’a pas permis à notre peuple de vivre le rêve qu’il a connu par le passé. Sportivement, il faut l’accepter. Il va falloir apprendre des erreurs commises pendant cette compétition pour pouvoir donner le meilleur aux prochaines échéances », a relevé le double champion d’Afrique 2000 et 2002.
C’est pour oublier cet échec qu’Idriss Carlos Kameni s’est converti en promoteur du mini tournoi inter paroisse dans l’optique de regrouper les jeunes talents et promouvoir les valeurs de paix et d’amitié.
« De par ma foi chrétienne, j’ai pensé à un moment regrouper ces jeunes qui m’entourent, qui m’accompagnent tous les jours avec des prières pour pouvoir vivre un moment de gaité. C’est ce qui a motivé cette initiative », a expliqué l’ancien joueur d Malaga.
A la question de savoir s’il pense avoir atteint son objectif, le doyen des Lions indomptables dit être satisfait de l’engouement qu’expriment ces jeunes pour le football bien qu’ils fassent partie des paroisses.
«  Ce sont vraiment des croyants qui travaillent dans les paroisses, qui ont profité de cette journée pour taper dans le ballon .C’est cette mixture qui permet aux gens de pouvoir passer des moments agréables », soutient l’ancien joueur de Espanyol de Barcelone.
Pour l’international footballeur, il n’a pas attendu l’élimination des Lions à la CAN pour s’engager activement dans sa fondation.
« Ma vie, je l’ai remise à Dieu depuis que suis un homme conscient .Je ne pouvais pas le faire étant bébé. Du moment où je distingue le bien du mal, il fallait que le Seigneur prenne soin de moi. Ce n’est pas à la fin d’une compétition que je pense au Seigneur. Je le fais tout instant de ma journée », a conclu le joueur formé à la  Kadji Sports Academy  dans les colonnes du journal d’Haman Mana.
0Shares

Le gardien de l’Ajax Andre Onana devrait attendre avant de revenir à Barcelone, selon l’ancien sélectionneur camerounais Joseph-Antoine Bell.

L’actuel N ° 1 des Lions Indomptables a attiré l’attention des géants néerlandais cette saison, malgré la spectaculaire défaite d’ Amsterdam contre Tottenham Hotspur mercredi soir, entraînant l’équipe anglaise en finale de la Champions League.

La forme d’Onana a suscité l’intérêt rapporté de plusieurs géants européens, notamment Barcelone , où le joueur de 23 ans a passé cinq ans à La Masia plus tôt dans sa carrière.

Cependant, l’ancien gardien camerounais Bell – qui faisait partie de l’équipe qui a atteint les quarts de finale de la Coupe du monde de 1990 – a exhorté son compatriote à réfléchir à deux fois avant de revenir en Catalogne.

« Il y a un problème avec ce type de choix car pour le moment, à Ajax, il joue tous les matchs », a déclaré Bell à ESPN.

« Pour un gardien de but, rien n’a autant de valeur que les matches.

« C’est lors de ces matches qu’il va acquérir de l’expérience et c’est en jouant qu’il deviendra de plus en plus adepte; ses réflexes vont s’accélérer, il va voir les choses plus vite, il va avoir ces marqueurs.

« Aller à Barcelone est une bonne chose, car il est à Barcelone, mais il ne faut pas oublier que s’il y va, c’est seulement pour être remplaçant et jouer quelques matchs … moins de matchs [que maintenant].

« C’est à lui de voir combien de matches ils sont prêts à lui donner à Barcelone et de juger si, à son âge, c’est juste. »

Onana a rejoint la Fondation Samuel Eto’o dans son pays natal en 2010, avant de rejoindre les Pays-Bas en 2015. Il est devenu le premier choix à l’Ajax en 2016, après que Barca eut recruté Jasper Cillessen du club d’Amsterdam.

« Surtout, s’il y va, il sera le remplaçant d’un gardien qui n’est pas encore vieux », a déclaré Bell, qui a remporté deux titres en Coupe d’Afrique des Nations avec le Cameroun.

 » Marc-André ter Stegen a 27 ans, donc si [Onana] se rend à Barcelone, il se mettra dans une situation où il sera le remplaçant de quelqu’un qui a encore cinq ou six ans devant lui.

« Je pense que ce serait trop tôt,

« Il doit aller quelque part où il joue régulièrement. »

Onana faisait partie de l’équipe de l’Ajax qui a remporté la Coupe des Pays-Bas en battant Willem II 4-0 dimanche, et a également disputé toutes les minutes de la campagne continentale des quatre fois champion d’Europe cette saison. Il pourrait encore terminer la saison avec une médaille du vainqueur d’Eredivisie, avec l’Ajax en tête du peloton – à égalité de points avec le PSV Eindhoven – avec deux matchs à jouer.

Malgré les inquiétudes quant au manque de temps de jeu potentiel d’Onana s’il devait retourner au Camp Nou, Bell pense que le jeune joueur a la mentalité de faire face à la concurrence pour une place de départ, ce dont le vétéran avait une vaste expérience au cours de sa carrière internationale en raison d’une longue lutte pour le maillot n ° 1 du Cameroun avec le double joueur africain de l’année, Thomas N’Kono.

« Tout d’abord, c’est une question de personnalité et d’individu », a déclaré Bell.

« Si vous êtes quelqu’un qui a du caractère, comme Onana semble l’avoir, vous serez prêt à vous battre.

« La compétition pourrait donc être quelque chose qui vous stimule, vous permettant de progresser et de ne pas être battu, alors vous vous améliorerez.

« En fin de compte, c’est une question que chaque personne doit évaluer pour elle-même; il n’y a pas une règle pour tout le monde.

« J’ai eu de la chance qu’il y ait quelqu’un d’autre qui soit venu [dans l’équipe nationale] et qui n’était pas mal du tout, qui était en fait assez bon. Son nom était Thomas N’Kono.

« La concurrence et l’existence de nous deux m’ont amené à travailler suffisamment avant d’atteindre mon plus haut niveau. »

0Shares

ENTREVUE

Clarence Seedorf, qui a brillé sur plusieurs des meilleures étapes du football mondial en tant que joueur, se trouve maintenant devant son plus grand défi à ce jour en tant qu’entraîneur.


Après avoir pris les rênes du Cameroun en août 2018, il planifie actuellement un voyage à la Coupe d’Afrique des Nations de la CAF en 2019 avec les Lions Indomptables, qui arriveront en tant que champions en titre.


Mais la route n’a pas déjà été simple. Absent de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018, le Cameroun prévoyait d’accueillir le tournoi continental en juin. Cependant, après avoir jugé nécessaire de différer leur accueil de deux ans en novembre, laissant à l’Egypte les rênes, cela signifiait qu’il restait à Seedorf un match crucial pour assurer sa place en finale. Une victoire 3-0 sur les Comores l’a assuré.


FIFA.com s’est entretenu avec lui au cours de ses neuf premiers mois à la barre, découvrant ainsi l’Afrique et le destin grandissant de l’ancien club de l’Ajax et de l’équipe nationale néerlandaise.


FIFA.com: Clarence, il s’agit de votre premier rôle d’entraîneur international. Comment réfléchissez-vous sur vos neuf premiers mois en charge?


Clarence Seedorf: C’était définitivement une fin électrique à la qualification avec tous les changements à la dernière minute. Nous devions gagner contre les Comores, mais cela confirmait également que le travail que nous avions accompli jusque-là avait été vraiment productif. Finir avec les mêmes points que le Maroc, qui est l’un des favoris pour remporter la CAN, avec seulement deux buts de différence, en dit long sur notre performance et notre préparation pour les autres matches.

FIFA.com: le changement d’hôte vous a mis dans une position particulièrement stimulante. Avez-vous besoin de passer par un processus de recentrage de l’équipe pour ce dernier match?

Clarence Seedorf: Dès le premier jour, j’ai dit à mes joueurs que je voulais être le premier du groupe. Ils savaient que chaque match était sérieux, chaque séance d’entraînement était sérieuse et chaque jour était une chance d’être leur meilleur. C’est une mentalité que nous avons pu créer au cours de ces mois et les deux dernières performances contre le Brésil et les Comores sont une reconnaissance du fait que cette équipe avait la bonne mentalité et était prête à exécuter à la fois techniquement et tactiquement.

FIFA.com: Après avoir collaboré avec le Real Madrid, le rôle du Cameroun est un peu différent. Comment avez-vous pris la tête des champions africains?

Clarence Seedorf: Évidemment, c’est toujours un honneur d’être associé à des équipes comme le Real Madrid, mais ce fut un grand défi de préparer cette équipe dans quelques jours à peine, alors que normalement, vous auriez toute une pré-saison avec eux. était en fait un processus très excitant. Le Cameroun est historiquement l’une des meilleures équipes d’Afrique et rater la finale en Russie a été une grande déception pour eux. En conséquence, c’est comme si on recommençait, reconstruire l’équipe et reconstruire le respect au niveau international, ce que je pense que nous avons accompli avec quelques belles performances.

FIFA.com: Avec une foule de leaders de la CAN qui souhaitent remporter l’or, pensez-vous que le Cameroun a ce qu’il faut pour conserver le titre?


Clarence Seedorf: Le Cameroun l’a toujours fait. Nous sommes en bonne forme et les choses sont positives, mais nous devons ensuite traduire cela en match. Personne ne va avoir de difficulté à jouer contre le Cameroun en Égypte.

FIFA.com: Après avoir joué et entraîné dans le monde entier, comment en êtes-vous devenu entraîneur en Afrique?

Clarence Seedorf: De la même manière que le Brésil, les joueurs sont très focalisés sur eux, ils comptent beaucoup pour les gens du pays. Ce sont vraiment leurs idoles, leurs modèles et le pays s’arrête pour le match. Mais le football est un langage universel et il revient aux mêmes choses où que vous alliez.


FIFA.com: Vous avez rencontré des pays comme le Maroc et le Cameroun, mais également des pays plus petits comme le Malawi et les Comores. Comment a-t-il découvert ces nouvelles cultures de football?

Clarence Seedorf: Outre les expériences culturelles, je suis enfin capable de voir l’Afrique, de ressentir l’Afrique et de vivre l’Afrique. Il y a encore beaucoup de problèmes ici, mais le potentiel, le talent et l’énergie sont fantastiques. C’est merveilleux de pouvoir entrer dans ces pays et c’est un privilège de pouvoir voyager en Afrique et y travailler.

FIFA.com: Vous faites tout cela aux côtés de Patrick Kluivert, avec qui vous avez une relation de football depuis 25 ans. Comment cela s’est-il traduit sur le banc?


Clarence Seedorf: Nous avons découvert que nous formions un duo très fort. Nous nous comprenons, nous nous complétons, c’est vraiment le match que nous espérions. C’est vraiment fantastique de travailler avec Patrick et nous espérons peut-être une relation durable et nous pourrons peut-être avoir un impact encore plus grand en Afrique, puis en Europe à l’avenir.

FIFA.com: C’est une relation qui a débuté à Ajax, qui a connu sa meilleure performance en Europe depuis que vous êtes tous les deux au club. Comment les voit-on retrouver ce pedigree européen?

Clarence Seedorf: C’est bien pour le football que d’autres clubs et de nouveaux joueurs frappent à la porte. Bien sûr, l’ADN du club et l’histoire comptent toujours: Liverpool, l’Ajax a déjà quatre et cinq médailles en Ligue des champions. Ajax a un bon mélange de joueurs jeunes et expérimentés; cette combinaison permet aux jeunes joueurs de jouer. Nous avons eu un côté de l’Ajax montrant à nouveau la saveur d’Amsterdam et j’adore ça.

FIFA.com: Et avec ce jeune talent au sein de l’équipe nationale néerlandaise, comment vous sentez-vous face à la récente renaissance de l’équipe?

Clarence Seedorf: Je pense que le coaching en général est très important: pouvez-vous créer les bonnes conditions pour que les joueurs puissent exceller, pouvez-vous créer une cohésion qui se traduira par un match, pouvez-vous maintenir les gars compétitifs mais aussi les soutenir? de l’autre? Je pense que ces éléments ont été rapportés par Ronald Koeman, qui a fait un excellent travail. Tout semble aller bien et j’espère que ce mouvement durera avec Ajax et l’équipe néerlandaise. Voyons ce qu’il en est pour les années à venir.

FIFA.com: Était-ce une surprise de constater un tel plongeon au cours des dernières années, après avoir terminé deuxième et troisième aux Coupes du Monde 2010 et 2014?


Clarence Seedorf: Vous devez avoir un plan et des entraîneurs qui vous poussent dans une certaine direction. Je pense que ce n’était pas le cas il y a quelques années. Parfois, les résultats peuvent vous aveugler et nous n’avons pas vraiment vu l’état des choses. Je pense que Louis van Gaal a fait un travail extraordinaire (en 2014) avec une équipe à laquelle on ne s’attendait probablement pas à aller jusque là où elle est allée.


FIFA.com: L’équipe avec qui vous avez évolué lors de France 1998 était une équipe sensationnelle, avec de nombreux autres diplômés de l’Ajax à vos côtés. Pensez-vous que ce tournoi est une occasion manquée?


Clarence Seedorf: Jusqu’à présent, la mentalité néerlandaise était davantage axée sur le fait de bien jouer que de gagner. C’est quelque chose que j’ai toujours critiqué car il doit être amélioré. Ce que j’aime dans ce côté de l’Ajax, c’est que, quand ils sont en difficulté, ils n’essayent pas de rester beaux. Le ballon peut sortir tout droit du stade ou de l’avant, donc il peut aussi être plus pratique.


Tout le monde veut jouer au football, mais l’Italie a remporté quatre Coupes du Monde et la Hollande aucune, alors où est la vérité? Quel est votre choix en termes de type de mentalité que vous avez? Évidemment, les identités ne doivent pas être changées – vous devriez jouer un bon football et chercher à jouer conformément à votre philosophie, mais votre adversaire ne vous laissera pas toujours jouer comme vous le souhaitez. Que faites-vous alors? C’est là que réside le potentiel de croissance des Néerlandais.C

0Shares