Le Blog Dédier au Nouvelle Technologies

Les versions physiques des collections BioshockBorderlands et XCOM 2 pour Switch vont nécessiter de lourds téléchargements : les jeux sont loin de tenir sur cartouche.

Il y a quelques jours, à l’occasion d’un Nintendo Direct Mini, nous apprenions la sortie sur Nintendo Switch de Bioshock: The CollectionBorderlands Legendary Collection et XCOM 2 Collection le 29 mai prochain. 2K Games nous en dit plus à ce sujet.

Même avec une cartouche physique, vous allez avoir besoin d’une carte SD

L’éditeur communique notamment le poids de chacune des ces collections de licence culte. Et c’est un peu la douche froide tant les chiffres sont élevés, il va falloir partir à la chasse à l’espace de stockage. Les versions physiques des titres vont effet nécessiter le téléchargement de volumineux contenus supplémentaires.

Bioshock: The Collection est livré sur une cartouche de 16 Go, qui ne comprend que le premier acte de chaque jeu de la trilogie, apprend-on. La taille des autres actes et des DLC n’a pas encore été précisée, mais attendez-vous à ce que ce soit lourd.

Borderlands Legendary Collection arrive quant à lui sur cartouche de 8 Go, sur laquelle est installée le premier opus de la franchise (il faudra tout de même télécharger et installer 6,6 Go de données supplémentaires). Les deux autres jeux doivent être téléchargés et pèsent 35 Go.

Enfin, XCOM 2 Collection est proposé sur une cartouche de 8 Go, qui contient les deux premières missions de la campagne solo. Pour le reste, il faut télécharger pour 24 Go de fichiers.

Les précommandes ouvertes

Malgré ce couac de l’espace de stockage, ces portages vont permettre aux joueurs Switch qui ne connaissent pas ces licences de découvrir des monuments du jeu vidéo : l’impertinence et le rythme des Borderlands, l’ambiance sans égale des Bioshock et la stratégie de XCOM font comme partie du patrimoine vidéoludique, désormais accessible à plus d’utilisateurs.

Les trois collections sont d’ores et déjà disponibles en précommande. Elles coûtent toutes le même prix : 49,99 euros chacune.

Source : 2K Games

0Shares

Après la sortie rocambolesque d’un certain Animal Crossing: New Horizons, Nintendo se prépare à une année 2020 sous le signe de Mario.

La mascotte de l’éditeur japonais reviendra sur le devant de la scène très bientôt pour souffler comme il se doit ses 35 bougies.

Des opus inédits à l’horizon

C’est en septembre 1985 que le légendaire Super Mario Bros. est arrivé sur Nintendo Entertainment System (ou NES pour les intimes). Le titre qui avait totalement chamboulé le monde du jeu vidéo en son temps célébrera cette année son 35e anniversaire. Et si nous en croyons de nombreuses rumeurs, la firme nippone mettra les bouchées doubles pour fêter dignement cette grosse célébration qui se profile à l’horizon.

Nous devons les informations qui vont suivre aux sites Video Games Chronicle et Eurogamer. Le premier dévoile que Nintendo aurait dû tenir un événement physique autour de Mario à l’E3, en juin prochain. Hélas, le salon californien a été annulé, mais les plans resteraient inchangés quant aux futures sorties. Ainsi, un nouveau Paper Mario devrait arriver cette année sur Switch, tout comme une édition Deluxe pour Super Mario 3D World. Cette dernière contiendrait des niveaux inédits.

Un regard appuyé vers le passé

Mais ce n’est pas tout ! En effet, toujours selon les rumeurs, Nintendo prévoirait aussi des remasterisations de plusieurs anciens jeux Mario. Parmi eux, Eurogamer déclare que Super Mario Galaxy débarquera sur Switch accompagné par d’autres titres Mario en 3D. Enfin, le site Gematsu précise de son côté que Super Mario Sunshine et Mario 64 seront également remasterisés sur Nintendo Switch.

Les annonces officielles seraient attendues en même temps que celles au sujet du partenariat entre Nintendo et Universal au sujet du parc à thème Super Nintendo World. Rappelons aussi qu’un nouveau film Super Mario est dans les tuyaux. Quoi qu’il en soit, le célèbre plombier moustachu se prépare à une belle année 2020 !

Source : Eurogamer

0Shares

Le mois d’avril approche, ses poissons, ses cloches… et des jeux gratuits de Stadia. Pour occuper les gamers confinés, Google se montre généreux et fait cadeaux de cinq titres à ses abonnés Pro.

Abonnés Stadia Pro, le 1er avril, vous pourrez ajouter les jeux SpitlingsSerious Sam Collection (qui regroupe trois opus) et Stacks on Stacks (on Stacks) à votre bibliothèque de jeux dans le nuage. Google vous les offre.

  • Spitlings est à découvrir à plusieurs (chacun chez soi, cela va de soi) et il faut faire preuve d’une bonne coopération pour parvenir à avancer. Crise de rire (ou de colère) garantie.
  • Dans les trois épisodes de The Serious Sam Collection, on ne fait pas dans la dentelle, on tire à tout-va et vos nerfs seront mis à rude épreuve. A réserver aux moments de la journée où le confinement (ou votre petit frère) devient insupportable.
  • Enfin, Stacks est un jeu où la création est à l’honneur. Ce titre fait appel à votre fibre artistique et de rêveur pour dresser des structures aux formes loufoques mais qui doivent à tout prix tenir en équilibre.

Par ailleurs, la boutique de Google Stadia va accueillir deux nouveaux jeux dans son catalogue payant cette semaine. Le premier est The Crew 2 d’Ubisoft, un jeu de course automobile en monde presque ouvert, et qui sera compatible avec la fonction Stream Connect de Stadia (comme Ghost Recon Breakpoint) qui permet de voir sous forme de vignette ce que vos rivaux ont sur leur écran.
Deuxième jeu à faire son entrée dans les rayons de Stadia : Lost Words : Beyond the Page. Plus poétique, ce titre anime les mots, mais pas de la manière dont on l’imagine…

0Shares

Une pirate aurait hacké une machine d’AMD et mis la main sur des informations très sensibles concernant toute la partie graphique (GPU RDNA2) de la future console de Microsoft.

Il semble que la fin de l’année 2019 et le début de l’année 2020 aient été particulièrement difficiles pour Microsoft et AMD. Une déclaration d’AMD, publiée hier sur son site Web, révèle qu’une grosse partie du code source de la partie graphique RDNA 2 de la prochaine console de Microsoft, la Xbox Series X, aurait été dérobée par une pirate informatique (ou en tout cas, quelqu’un qui prétend être une femme).

Selon le site spécialisé TorrentFreak, c’est sur la plate-forme Github que la pirate se serait vantée d’avoir hacké un PC de test d’AMD en novembre dernier et d’y avoir découvert des morceaux de code du GPU « Arden » de la prochaine console de Microsoft. Elle aurait aussi trouvé d’autres éléments relatifs à des GPU déjà connus (ceux du Navi 10 de la Radeon RX 5700).

La pirate indiquait enfin que plusieurs morceaux de code se rapportaient directement aux prochains GPU pour PC de bureau d’AMD, les Navi 2X, et plus particulièrement à la mouture Navi 21, attendue pour la seconde moitié de 2020.

Des trous dans la sécurité d’AMD ?

La pirate n’est pas entrée en contact avec AMD pour lui faire part de ses découvertes, de peur d’être poursuivie. Son voeu était de diffuser le code. Il semble ensuite qu’elle ait émis l’hypothèse de demander une rançon et que, si elle n’obtenait pas la somme demandée (100 millions de dollars selon Engadget), elle publierait l’intégralité du code sur les réseaux.
Dans son communiqué, le concepteur de GPU assure n’avoir eu vent de cette découverte qu’au mois de décembre 2019, tout en mentionnant pas la demande d’argent, et a décidé de ne pas céder au chantage.

Se voulant rassurant, AMD estime que les morceaux de code dérobés ne sont pas « vitaux ni de matière à mettre en péril la compétitivité ou encore la sécurité [NDLR : de la console, et de ses produits actuels et à venir] ».

Cependant, il a demandé au site Github de fermer le sujet concernant cette découverte. Une enquête interne de sécurité et de police sont en cours pour déterminer la véracité des propos de la pirate. Ce malheureux incident ne devrait toutefois pas retarder le lancement de la console Microsoft, toujours prévue pour la fin de l’année, comme la PlayStation 5, de Sony.

Source : AMD et TorrenFreak

0Shares

Un apprentissage plus rapide, des images de meilleure qualité et une plus grande facilité d’implantation. Ce sont les trois mots d’ordre de cette nouvelle version du DLSS de Nvidia, une technologie maison qui profite de l’intelligence artificielle pour sublimer les jeux compatibles.

Nvidia annonce la sortie du DLSS 2.0. Plus rapide, plus flexible et encore plus simple à implanter que le premier Deep Learning Super Sampling (pour un rappel de ce que fait cette technologie, voir encadré), le concepteur des GeForce souhaite plus que jamais que sa technologie soit adoptée en masse par les studios car, selon lui, elle incarne l’une des facettes du futur du jeu vidéo.

Bien entendu, pour que le DLSS 1.0 ou 2.0 soit opérationnel, il faut que le jeu le supporte. Pour ce faire, il doit être passé entre les neurones du réseau spécialisé de Nvidia (NGX). Ensuite, il faut que les pilotes Nvidia intègre un profil particulier qui lui est propre. Un profil façonné à partir de ce que l’IA aura fabriqué.
Lors de la sortie des RTX, nous avions consacré un article au DLSS puis, par la suite, avions mesuré son efficacité et son impact sur les cartes graphiques Nvidia.

Le DLSS revient, et il est encore plus puissant

Avec le DLSS 2.0, Nvidia a semble-t-il amélioré sa sauce secrète et a réussi à uniformiser beaucoup d’éléments pour que la technologie soit de plus en plus adoptée par les développeurs tout en continuant à faire le bonheur des gamers.

Le DLSS 2.0 travaille deux fois plus vite que la première mouture sur les images qu’on soumet au réseau neuronal et en charge de créer des profils DLSS. Il offre le même niveau de qualité de sortie et les mêmes définitions et ce, peu importe la puissance du GPU de la carte (une limitation du DLSS 1.0). Mieux, trois niveaux de détails DLSS seront maintenant disponibles au sein des jeux compatibles : Qualité, Equilibré et Performance.

Ensuite, Nvidia est parvenu à élaborer un réseau neuronal et un modèle d’IA qui fonctionne pour tous les jeux. Un gain de temps énorme pour Nvidia qui n’a plus à reparamétrer le réseau d’un titre à un autre, un gain de temps également pour les développeurs qui ont plus rapidement à disposition les outils pour implanter le DLSS dans leurs jeux.

Nvidia promet des définitions d’image toujours upscalées avec brio mais, surtout, plus de détails. C’était un reproche que les plus fines rétines faisaient au DLSS : son manque de précision et sa tendance à flouter à certains détails du décor.

Le graphique ci-dessous illustre bien le fonctionnement du nouveau DLSS. Ce qu’il faut en retenir ? Le réseau se nourrit que deux types d’images, statique, pixelisée et basse résolution, d’une part et les mêmes, mais à l’état vectoriel, en mouvement. Elles sont mélangées par un premier algorithme pour obtenir un rendu type.

Ce rendu ainsi que toutes les images sont ensuite injectées dans le réseau neuronal. Régulièrement, le mélange est comparé à une image en Ultra Ultra Haute Définition (16K max.) pour que l’IA affine au maximum son travail et délivre, in fine, la qualité d’image optimale dans une définition donnée.

Le DLSS 2.0 serait aussi bien plus à même de gérer les mouvements des éléments des décors, ainsi que les effets qui leur sont associés par les développeurs. De moins en moins de déformations devraient apparaître à l’écran dans les jeux compatibles. D’ailleurs…

Le DLSS 2.0 est déjà là

Pas besoin d’attendre pour profiter du DLSS 2.0 ! Wolfenstein : Young Blood et Deliver Us The Moon font déjà partie de ce nouveau cercle d’initiés. Et les patchs vont être poussés dans les prochaines heures.

Dans la semaine, ce sera au tour de MechWarrior 5 et de Control – ainsi que de son DLC – de passer à la vitesse DLSS 2.0. Sur le versant créatif, l’Unreal Engine d’Epic est aussi compatible à compter de maintenant. Tous ces premiers logiciels et jeux seront, selon Nvidia, complétés par beaucoup d’autres dans les semaines à venir.

0Shares

Votre aventure ne se termine pas après avoir vaincu le champion Leon. Vous devez toujours capturer Zacian ou Zamazenta et vous devrez faire un autre voyage à travers la région de Galar pour le faire. Bouclez votre ceinture parce que vous devrez relever certains des défis les plus difficiles à ce jour. Il serait sage d’avoir une équipe de Pokémon proche du Niv. 70 ou plus.
Vous devrez vaincre Leon dans la Coupe du champion et devenir le nouveau champion de la région de Galar avant de pouvoir attraper Zacian ou Zamazenta. Après avoir battu Leon, vous retournerez chez vous au début du jeu et serez accueilli par le professeur Magnolia, qui vous récompensera avec un ballon de maître. Sortez de chez vous et entrez le Weald en train de dormir à gauche.

Allez jusqu’au bout du Weald assommant jusqu’à ce que vous trouviez la zone où vous avez trouvé l’épée et le bouclier rouillés. Deux frères, nommés Shielbert et Sordward, se présenteront en prétendant qu’ils sont les ancêtres des premiers rois de Galar et qu’ils gouvernent ainsi le pays. Vous allez combattre l’un d’eux et le vaincre, mais votre rival perd face à l’autre.

Les frères commenceront à dynamiser les Pokémon dans toute la région. Vous devrez donc vous rendre au laboratoire Pokémon de Wedgehurst, où Sonia peut surveiller les détecteurs de tache puissante pour voir où se trouvent ces Pokémon Dynamaxés. Vous devrez vous rendre dans 7 gymnases (à l’exception de Spikemuth) et vaincre un Pokémon Dynmaxed dans chaque stade, tout en combattant les frères plusieurs fois. À ce stade, vous souhaiterez vous rendre au stade Hammerlocke où vous pourrez rencontrer Zacian ou Zamazenta au sommet de la centrale d’énergie où vous avez affronté Eternatus pour la première fois.
En fonction de votre jeu, vous devrez d’abord maîtriser la légendaire version précédente avant de pouvoir tenter votre chance. Signification dans Pokémon Sword, vous allez vous battre contre Zamazenta avant de pouvoir attraper Zacian, et inversement pour Pokémon Shield.

Quoi qu’il en soit, vous ne pouvez pas attraper le légendaire Pokémon, alors n’essayez pas de le faire. Après avoir assommé le premier, vous aurez alors la possibilité d’attraper Zacian (Épée) ou Zamazenta (Bouclier). Ils seront tous deux Lv. 70. C’est ici qu’il serait sage d’utiliser le Master Ball que le Professeur Magnolia vous a donné, car il a un taux de capture de 100%, mais vous pouvez également réduire suffisamment la santé des Pokémon et essayer d’utiliser un autre type de Poké Ball. J’encourage également fortement les épargnes avant que vous ne commenciez la bataille au cas où vous l’assommeriez accidentellement.

0Shares

PLAYSTATION La date du 20 novembre aurait été retenue pour la commercialisation de la nouvelle génération de PlayStation

Selon les informations de LetsGoDigital, à qui on doit déjà pas mal de fuites qui se sont confirmées concernant de nombreux produits, Sony commercialiserait la PlayStation 5 le 20 novembre 2020 au prix de 499 dollars. Des informations qui vont à l’encontre des précédentes rumeurs qui annonçaient plutôt une sortie en décembre. Autant d’informations qui restent en phase avec le discours tenu par Sony. Le constructeur japonais a récemment annoncé que la PS5 sortirait à temps pour les fêtes de fin d’année.

Quant au prix affiché en dollars – également avancé par PSErebus, on peut tout de même s’attendre à ce que la conversation soit équivalente et donc que la PlayStation 5 soit affichée avec un prix de lancement de 499 euros.

Une hausse de prix comparé à la PlayStation 4
Un montant qui serait bien plus important que celui demandé pour la PlayStation 4 à son lancement, qui était de, rappelons-le, 399 dollars aux Etats-Unis. Comme le souligne LetsGoDitigal, cette hausse de prix pourrait s’expliquer par les composants qu’embarquera la console de Sony. En effet, la PS5 devrait intégrer un processeur AMD Zen 2, ainsi qu’un système stockage SSD, qui pourrait faire exploser les coûts.

Avec une sortie dans le courant du mois de novembre, Sony pourrait plus aisément honorer les commandes de ses clients et profiter du Black Friday, qui donne généralement un joli coup de pouce aux ventes de consoles.

Rappelons que selon la rumeur, Microsoft serait censé lancer sa console dans le courant du mois de novembre – avec potentiellement quelques jours d’avance sur son rival.

0Shares

En marge du Comic Con et de la Paris Games Week, le spécialiste du marketing digital livre quelques résultats intéressants concernant la popularité des consoles et des jeux vidéo auprès des Français.

Alors que l’on se dirige doucement vers les deux derniers mois de l’année, Semrush nous offre un tour d’horizon du marché du jeu vidéo avec la liste des jeux les plus recherchés en 2019, celle des plus attendus en 2020, ainsi que l’état actuel de la guerre des consoles. Pour établir ses conclusions, la société s’est basée sur les volumes moyens de recherches mensuelles du moteur Google.fr.

Le graal pour Borderlands 3PES enfonce Fifa

Parmi les sorties de cette année, c’est le FPS Apex Legends qui est sorti grand vainqueur chez les internautes français avec 236 558 recherches mensuelles en 2019. Le jeu édité par Electronic Arts devance Borderlands 3 (121 511) et le remake très attendu de Resident Evil 2 (66 733).

Le premier jeu de sport, PES 2020, est cinquième, avec 50 336, juste derrière Mortal Kombat 11. Fifa 2020, de son côté, n’est qu’en vingtième position, avec 8 856 recherches mensuelles moyennes cette année. Un signe que PES a définitivement pris l’ascendant sur son illustre concurrent ?

Cyperpunk 77 et Star Citizen, les deux mastodontes de 2020 ?

Attendu pour le 16 avril 2020, Cyberpunk 77 déchaîne déjà les passions. Le jeu développé par CD Projekt a généré 86 722 recherches mensuelles moyennes cette année auprès des internautes français. Il est bon de souligner qu’il devance un autre jeu PC, Star Citizen (65 889), puis Ghost of Tsushima, qui doit sortir le 31 décembre sur PS4.

Concernant les consoles, c’est sans grande surprise la Nintendo Switch qui décroche la palme pour cette année 2019. Bien aidée par ses 10 millions de ventes en Europe et ses 15 millions d’unités écoulées sur le marché nord-américain, la console a généré 74,94 % des recherches mensuelles sur Google en France. La Xbox One (18,32 %) et la PS4 (6,74 %) font pâle figure à côté de Mario et des Pokémon.

Twitch vs Google, ça donne quoi ?

Semrush note que les recherches des utilisateurs de Twitch se tournent plus vers League of Legends, tandis que celles des internautes utilisant Google se portent davantage vers Fortnite, sans doute grâce au buzz mondial généré par le lancement du Chapitre 2 du jeu.

Source : communiqué de presse
3Shares

Le célèbre jeu de gestion est de retour avec la sortie de sa seizième édition, prévue pour le mardi 19 novembre 2019.

Chaque année, le jeu est un incontournable pour tout fan de football et de gestion sportive qui se respecte. Le développeur Sports Interactive et l’éditeur Sega ont annoncé la sortie de Football Manager 2020 pour le 19 novembre, sur Steam pour les PC, mais aussi sur Android et iOS en sa version mobile. Le jeu, qui accueille plusieurs nouveautés cette année encore, sortira aussi sur la plateforme de Google, Stadia, et sur Nintendo Switch, sans que l’on connaisse toutefois la date pour ces dernières.

Le système de formation repensé, pour enfin faire éclore ses propres talents

Il est souvent difficile de faire éclore les talents du club que l’on entraîne dans Football Manager. Bien souvent, on se tourne vers le marché des transferts pour dénicher, ailleurs, les pépites du jeu. Alors, FM20 prévoit de faciliter les plans à long terme de l’entraîneur, ainsi que le suivi des équipes de jeunes, grâce à un nouveau centre de formation, qui permettra notamment de suivre la progression des jeunes joueurs, personnellement ou à travers des membres du staff technique.

La relation entre l’entraîneur et les dirigeants a également été revue, renforcée même. FM20 intègre la « Vision des dirigeants », qui agira sur le long terme. Le comité directeur du club ne se contentera plus de poser ses objectifs, mais élaborera une stratégie de progression du club sur les saisons à venir, stratégie qu’il sera possible de réévaluer saison après saison, en fonction des performances et de votre philosophie de jeu.

Dans le prolongement, si le club que vous entraînez vient à être racheté, le nouveau propriétaire pourrait vous demander de lui souffler le nom d’un joueur en particulier que vous souhaitez recruter.

stade-pelouse-FM20.jpg

Il ne manque pour que les joueurs (© Sega/Sports Interactive)

Une amélioration graphique progressive

Parmi les nombreuses nouvelles fonctionnalités, la pré-saison bénéficie d’un ajout qui devrait plaire à de nombreux coachs, puisqu’il est désormais possible de créer une compétition de pré-saison qui vous est propre. En donnant chaque année le même nom à votre compétition amicale, il sera possible de retrouver, saison après saison, l’historique de cette compétition, en conservant notamment le nom des anciens vainqueurs ou finalistes.

Comme lors de chaque édition, Football Manager améliore un peu plus les graphismes, pour tenter de les rendre plus réalistes année après année. L’entraîneur bénéfice par exemple de petits ajouts vestimentaires, comme les boutons de veste, la fameuse pince à cravate ou les lacets aux chaussures. Rappelons qu’il est possible, au moment de la création de son profil d’entraîneur, de générer son visage en 3D ou d’importer un avatar, pour créer un personnage qui vous ressemble un minimum (bien que ce système soit loin, très loin d’être au point).

Lors des séquences de match, la pelouse réagira en fonction de la météo, avec des parties boueuses qui pourront apparaître. Il ne reste plus qu’à patienter !

2Shares

À cause d’une attaque informatique déclenchée samedi dernier, vraisemblablement un ransomware, le groupe M6 a demandé à tous ses salariés de ne pas se servir de leur ordinateur. L’entreprise se félicite néanmoins de l’absence de répercussions sur ses antennes TV et radio.

Hier soir, par le biais d’un tweet, le groupe M6 a indiqué avoir été victime « d’une attaque informatique malveillante ». Celle-ci serait intervenue à partir de samedi dernier et les employés de l’entreprise ont pu en mesurer les conséquences dès ce matin.

Des symptômes similaires à ceux d’une attaque par ransomware

Car à leur arrivée, ils ont reçu la consigne urgente de « ne pas allumer ni utiliser son PC jusqu’à nouvel ordre ». Aujourd’hui, les journalistes ont ainsi dû composer avec une connexion Internet très limitée et se résoudre à ne pas pouvoir consulter leurs propres documents. Autre incidence, au moins aussi handicapante : toutes les communications, mail et téléphone, ont été coupées.

Ces éléments laissent penser qu’il s’agit en réalité d’un ransomware, consistant à chiffrer les données et à demander une rançon contre le rétablissement de l’accès. Aux dernières nouvelles, les équipes du groupe dédiées à la sécurité informatique étaient encore en train de chercher à résoudre l’incident. Elles auraient, de plus, demandé le renfort de l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), ce qui peut renseigner quant à l’ampleur de l’attaque.

Pas d’incidence sur les programmes

Si les équipes en interne ont été considérablement affectées, le groupe M6 a toutefois tenu à rassurer ses téléspectateurs et auditeurs. Ses antennes, qui comprennent les chaînes de télévision M6, W9, 6ter, Paris Première et Téva, ainsi que les stations de radio RTL, RTL 2 et Fun Radio, n’ont en effet pas été touchées et ont pu diffuser leurs programmes sans encombre.

Pour le moment, on ignore tout de l’origine de la cyberattaque et des motivations de ses auteurs. M6 n’a pas donné de détails supplémentaires et l’ANSSI a refusé de s’exprimer.

Dans le doute, l’heure est à la plus grande prudence du côté des autres groupes médias. Ainsi, les employés du groupe TF1 ont, par exemple, reçu l’ordre d’éviter toute communication par mail avec leurs confrères de M6.

Source : Le Monde

2Shares
publicité
publicité
publicité