Lancée à l’automne 2019, le « Yuka de la mode » compte aujourd’hui plus de 110 000 téléchargements et note une centaine de marques. Une appli qui gagne à être connue.

0Shares

Comme chaque mois, 01Drive fait l’état des lieux du monde des nouvelles mobilités.

0Shares

Une société néo-zélandaise propose de gérer une flotte de robots à distance pouvant faire office de chiens de berger ou de main d’oeuvre dans les champs.

0Shares

Il y a déjà eu des présentations de jeux pour la Xbox Series X. Il est difficile d’en dire autant pour la PlayStation 5 (à part la démonstration de l’Unreal Engine 5). Sony sait qu’il doit rassurer les joueurs, c’est pour cette raison qu’il prévoit une présentation pour bientôt.

Kenichiro Yoshida, le patron de Sony, a annoncé la nouvelle aujourd’hui lors du briefing stratégique annuel de Sony. « En combinant la vitesse, le retour haptique et le son, nous pouvons encore améliorer la merveilleuse expérience disponible sur la PS4, faisant de la PS5 une véritable console de nouvelle génération en offrant des expériences de jeu qui n’étaient pas possibles auparavant », a-t-il dit. Il poursuit : « Les jeux pour la PS5 qui offrent cette nouvelle expérience de jeu sont réalisés à la fois par nos studios et par des studios tiers, et nous prévoyons de présenter bientôt une gamme de titres convaincants ».

Un créneau précis pour la présentation n’est pas communiqué pour l’instant, mais selon VentureBeat Sony prendra la parole au début du mois de juin pour un événement dédié. La présence de la PlayStation 5 (dont le design reste inconnu à ce jour) est incertaine. En revanche, des jeux pour la PS5 seraient bel et bien présentés à ce rendez-vous.

source:kulturegeek.fr

0Shares

Annoncé en grande pompe au CES 2020, la nouvelle édition de l’ultraportable phare de Dell, le XPS 13, est enfin entre nos mains. Depuis plusieurs années, c’est LA référence en matière d’ultraportabilité selon nos critères de tests et d’utilisation. Le cru 2020 conserve-t-il sa médaille d’or ?

L’AVIS DE 01NET.COM
Dell XPS 13 2020

LES PLUS

  • + La finition toujours aussi irréprochable
  • + Le clavier génial
  • + Le magnifique écran, presque sans bords
  • + Le Wi-Fi 6

LES MOINS

  •  Très bonne autonomie, mais en baisse
  •  Les touches qui marquent vite
  •  La mémoire soudée !
NOTE DE LA RÉDACTION

    

Note publiée le 14/05/2020

L’AVIS DES INTERNAUTES

        

Donnez votre avis

PERFORMANCES

4/5

MOBILITÉ

4/5

AFFICHAGE

5/5

AUTONOMIE

4,5/5

APPRÉCIATION GÉNÉRALE

4,5/5

FICHE TECHNIQUEDell XPS 13 2020

LES PLUS

  • + La finition toujours aussi irréprochable
  • + Le clavier génial
  • + Le magnifique écran, presque sans bords
  • + Le Wi-Fi 6

LES MOINS

  •  Très bonne autonomie, mais en baisse
  •  Les touches qui marquent vite
  •  La mémoire soudée !

LE VERDICT DU TEST

Dell XPS 13 2020

Encore une fois Dell signe un PC ultraportable XPS 13 qu’il va être difficile d’égaler. La concurrence va devoir fourbir ses armes pour y parvenir et Apple, avec son MacBook Air, n’est clairement pas une menace pour le Texan. Le rapport qualité-performance-prix de la machine que nous avons reçue pour test s’avère tout bonnement excellent et son écran (presque) sans bords nous a particulièrement bluffé. Nos seuls regrets ? La mémoire soudée et le fait qu’il ne soit pas parvenu à battre le record d’endurance de son prédécesseur.

NOTE DE LA RÉDACTION

4,4 /5

    

PERFORMANCES

4/5

MOBILITÉ

4/5

AFFICHAGE

5/5

AUTONOMIE

4,5/5

APPRÉCIATION GÉNÉRALE

4,5/5
source:https://www.01net.com
0Shares

La période si particulière que nous vivons depuis 2 mois a profondément changé nos habitudes. Les échanges en vidéo, dans le monde professionnel comme à l’apéro, sont devenus la norme. Des services ont tiré leur épingle du jeu, comme Zoom côté pro ou Houseparty côté perso. Les géants de la tech ont réagi tardivement, mais vous pouvez désormais utiliser Google Meet gratuitement… et inviter vos amis sur Messenger Rooms.

Facebook lance Messenger Rooms

Marc Zuckerberg présentait Messenger Rooms à la fin du mois d’avril. Facebook annonce aujourd’hui le lancement mondial de cette fonctionnalité.

Les Messenger Rooms sont de nouveaux espaces de discussions, accessibles dans des groupes et via le simple partage d’un lien vidéo, qui permettent d’interagir plus facilement avec des amis, des proches et des personnes qui partagent vos centres d’intérêt.

Ces Rooms peuvent être créées via Messenger pour discuter avec ses amis, mais aussi sur Facebook : sur le fil d’actualité, dans des groupes et dans des événements. Pour le moment, seules les créations de Rooms via Messenger sont possibles en Europe, mais les utilisateurs des États-Unis peuvent déjà créer des Rooms via Facebook. À terme, nous pourrons rejoindre des Rooms via Instagram.

Comment créer une Room sur Facebook. Crédits : Facebook.

Des discussions en vidéo, jusqu’à 50 participants

Les utilisateurs du cercle avec lequel vous partagez la Room peuvent la rejoindre pour partager un moment avec vous. Jusqu’à 50 personnes peuvent discuter en simultané. Il n’y a pas de limite de temps, et vous pouvez partager un lien avec vos amis pour qu’ils rejoignent la Room encore plus facilement, même sans compte Facebook. Si vous ne pouvez pas encore créer de Rooms sur Messenger, vérifiez les mises à jour de votre app !

source:https://www.blogdumoderateur.com

0Shares

En rejoignant la session de lecture en cours d’un ami ou d’un parent, vous pouvez passer, ajouter ou retirer des titres de la session hôte en cours. De quoi éviter de (trop) s’entre-tuer à la maison sur le choix de la musique ?

0Shares

Beaucoup de rumeurs s’accordent à dire que l’un des prochains MacBook Pro serait un 14 et non un 13 pouces. Il aurait dû arriver cette année mais COVID oblige, ce plus grand nomade n’arriverait qu’en 2021.

0Shares

Le leader de la localisation intelligente d’objets Tile a annoncé s’être allié à Intel pour implanter et développer de nouvelles technologies à retrouver dans nos futures machines.

0Shares

Pour renforcer leur indépendance vis-à-vis de la Chine, les Etats-Unis cherchent à convaincre les fondeurs d’implanter des usines de production de puces électroniques sur le sol américain. Intel et TSMC auraient été approchés et se montreraient plutôt ouverts à cette idée, tandis que Samsung aurait déjà accepté d’étendre ses opérations dans le pays.

Le gouvernement américain serait en négociation avec les fondeurs Intel et TSMC afin de les convaincre d’implanter des sites de production de puces électroniques aux Etats-Unis. C’est ce que croit savoir le Wall Street Journal, qui affirme qu’il s’agit là d’une stratégie de l’administration Trump pour réduire la dépendance américaine aux chaînes de production asiatiques, et plus spécifiquement chinoises. La priorité aurait été donnée à la relocalisation de la fabrication des puces utilisées dans le domaine sensible de la défense. Une vision à moyen terme dont la mise en application aurait été largement précipitée du fait de la pandémie de Covid-19.

DES FONDEURS DE BONNE VOLONTÉ

Comme L’Usine Digitale l’expliquait il y a quelques mois, les puces électroniques constituent le nerf de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis : sans elles, impossible de concevoir et de vendre des appareils électroniques (smartphones, ordinateurs…). Or, depuis que l’exécutif américain s’est dit inquiet pour la sécurité nationale, estimant que le pays est trop dépendant de la production de semi-conducteurs à l’étranger, la balance tend à se rééquilibrer. Selon le WSJ, le géant coréen Samsung a notamment accepté d’étendre ses opérations aux Etats-Unis pour y développer des puces de nouvelle génération pensées pour les calculs liés à l’intelligence artificielle.

Ce sont donc les trois entreprises à même de fabriquer des puces dernier cri, avec une finesse de gravure de moins de 10 nanomètres, que la Maison-Blanche essaie de séduire. Une manœuvre qui s’avérerait payante, d’après le WSJ, puisque le nouveau PDG d’Intel, Bob Swan, se montrerait très volontaire pour travailler en ce sens. Le taïwanais TSMC, premier fabricant de puces au monde, serait également de la partie. L’entreprise produit aussi bien les puces d’appareils destinés au grand public – tels que les iPhones – que celles embarquées dans des dispositifs critiques – comme l’avion de chasse F-35 de Lockheed Martin, exploité par l’armée américaine. S’assurer de sa loyauté est donc crucial pour les Etats-Unis, d’autant plus qu’elle produit également des semi-conducteurs pour des sociétés inscrites sur la liste noire du département américain du Commerce. C’est le cas de Huawei et de sa puce Kirin.

Selon le WSJ, les deux entreprises auraient chacune de bonnes raisons d’accepter de collaborer avec la Maison-Blanche. Intel chercherait à obtenir un financement afin de construire une usine de lithographie qui lui permettrait de répondre aux besoins grandissants de ses clients, alors que ses sites implantés aux Etats-Unis sont exclusivement exploités dans le cadre de la production de ses propres produits à l’heure actuelle. TSMC a, de son côté, tout intérêt à conserver des liens étroits avec les Etats-Unis afin d’assurer son indépendance à long terme vis-à-vis de la Chine.

source:https://www.usine-digitale.fr
0Shares
publicité
Like Us On Facebook
Facebook Pagelike Widget
publicité
publicité
BEST VOIP SOLUTION