Le Blog Dédier au Nouvelle Technologies

Le 24 novembre, Enjeux DAF et Le Monde Informatique vous convient à une matinée en Web TV autour de ces DAF qui collaborent avec des startups. Faire appel à ces jeunes pousses agiles et innovantes n’est l’apanage ni de la DSI, ni de la digital factory, ni du marketing. Inscrivez-vous pour écouter le 24 novembre, les expériences de Nicolas Nore, d’Engie Entreprises et Collectivités, Margaux Gregoir, de Luko, Michele Bruno, de Decathlon et Alexis Normand de Greenly.

Dans une entreprise, quand on pense startup, on pense souvent cellule d’innovation, digital factory, DSI voire direction marketing et communication… mais beaucoup plus rarement DAF. Quels que soient le secteur ou la taille de l’entreprise dans laquelle ils évoluent, peu osent sauter le pas et faire directement appel à ces jeunes pousses, ou collaborer avec elles. Pourtant, elles sont un des leviers de la nécessaire réactivité dans les périodes de crise comme celle du covid-19, de l’indispensable innovation à l’heure de l’IA et de la RPA, etc. Elles contribuent aussi à replacer la DAF, la trésorerie, le contrôle de gestion, le recouvrement au cœur de la stratégie.

C’est pourquoi, le 24 novembre, Enjeux DAF et Le Monde Informatique vous convient à une matinée en Web TV, sur inscription, autour de ceux qui collaborent avec ces petites sociétés innovantes. Nous tenterons de répondre à la question « DAF, comment innover avec les startups ?». Et pour cela, le trésorier de Decathlon, le DAF d’Engie Entreprises et Collectivités et la VP de la néo-assurance Luko accompagnée de Greenly, partageront les coulisses de leur travail avec des fintechs, comptatechs mais aussi des startups de la RPA, de l’IA, etc.

Pour consulter le programme détaillé de l’événement et vous inscrire, rendez-vous sur la page de l’émission « DAF, comment innover avec les start-ups ? »

Nos intervenants expliqueront pour quelle raison et à quel moment faire appel à une startup ? Quel poids dans la décision pour l’équipe DAF ? Faut-il que cette dernière s’adapte pour travailler avec de jeunes pousses agiles ? Certaines cultures sont-elles mieux adaptées ? Quels sont les atouts, mais aussi les obstacles de telles collaborations ?

Decathlon : s’impliquer jusque dans les données

Nous démarrerons la matinée avec Michele Bruno, trésorier de Decathlon. Un groupe imposant de la grande distribution dont l’organisation et la culture néanmoins agile facilitent la collaboration avec les jeunes pousses. Notre invité nous racontera comment une startup peut aider la DAF d’un géant comme Decathlon à s’adapter à de nouveaux modes de consommation, à la condition d’un grand nettoyage dans ses données.

Engie Entreprises et Collectivités : une culture DAF ouverte

Nous enchaînerons avec Nicolas Nore, DAF d’Engie Entreprises et Collectivités. Son propre parcours « business », ainsi qu’une culture très digitale au sein de l’entité l’ont déjà conduit à travailler avec plusieurs startups pour la trésorerie et le recouvrement, en particulier. Il soulignera l’importance d’une évolution progressive de la culture au sein des équipes DAF.

Luko et Greenly : Quand une DAF de startup choisit une startup

Enfin, nous clôturerons la matinée avec Luko, une jeune pousse qui réinvente l’assurance immobilier. Pour sa VP Finance, Margaux Gregoir, la DAF se doit d’être un pivot de l’activité et de la stratégie pour atteindre cet objectif, mais aussi s’aligner avec ses valeurs d’entreprise à mission. À l’occasion d’une conversation avec Alexis Normand, cofondateur de Greenly avec qui elle collabore, elle confirmera qu’il ne suffit pas forcément d’être une DAF de startup pour bien travailler avec des startups.

source:lemondeinformatique.fr

0Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *